Colloque Enfants sans état civil, femmes sans droits

Bourg-en-Bresse, 12 octobre 2013

Video message de Madame Lakshmi Puri, Directrice exécutive adjointe de ONU Femmes, Sous-Secrétaire Générale des Nations-Unies

“Children with NO birth registration, women with NO rights” organized by the French NGO Regards de femmes, 12 October, Bourg en Bresse, France 

Traduction en Francais

Bonjour Mesdames et Messieurs,

Je souhaite m’excuser de ne pas être parmi vous aujourd’hui mais j’ai été retenue par mes obligations à New York.

Je tiens à saluer le travail formidable de l’association « Regards de femmes » dans le domaine des droits de la femme et de l’égalité des sexes. J’ai eu le plaisir de rencontrer Michèle Vianès à plusieurs reprises et je connais donc son engagement personnel pour l’égalité des sexes, notre cause à ONU-Femmes.

Au nom d’ONU Femmes, j’ai plaisir à vous  transmettre mon soutien plein et entier pour votre action concernant le droit des femmes à déclarer la naissance de leurs enfants. Il ne fait aucun doute qu’assurer de manière universelle la déclaration de naissances a des conséquences importantes pour parvenir à une réelle égalité en droits des femmes et des hommes.

Chaque année, des millions d’enfants naissent sans avoir d’acte de naissance. Ils sont donc privés du droit le plus fondamental: avoir une identité

Ces enfants sont juridiquement invisibles. Ce qui a pour effet de limiter leur accès aux services de  santé et d’éducation, aux prestations sociales de base,  y compris au logement et à la protection sociale

Souvent, ce sont les enfants les plus défavorisés et marginalisés qui sont touchés, comme ceux vivant dans les zones rurales ; les communautés autochtones ou les enfants handicapés. De plus, les filles sont encore plus nombreuses que les garçons à ne pas être déclarées à la naissance.

L’absence de documents personnels constitue l’obstacle principal pour s’opposer de manière efficace  aux mariages précoces, à la traite  des filles et des femmes et pour protéger les enfants de toutes formes d’exploitation et de violence ainsi que de déplacements forcés ou d’être apatrides.

L’enregistrement des naissances est essentiel à l’égalité des sexes et a des répercussions à la fois sur les filles qui n’ont pas d’identité juridique et sur les mères dont les enfants ne sont pas déclarés. La Convention sur l’élimination des violences envers les femmes établit clairement que les femmes ont les mêmes droits que les hommes concernant la nationalité de leurs enfants.

Pourquoi n’y a-t-il donc pas de changement? Les lois et les pratiques discriminant et excluant les femmes perdurent, comme celles qui interdisent à une mère de déclarer elle-même son enfant. 

ONU FEMMES agit pour résoudre ce problème, dans de nombreux pays. En liaison avec les processus autour des objectifs de développement pour  l’après 2015, l’Entité propose un objectif autonome sur l’égalité des sexes, les droits et l’autonomisation des femmes qui inclut des indicateurs de déclaration des naissances ventilés selon le sexe.

Quelles mesures devons-nous prendre? Laissez-moi vous indiquer quelques éléments clés

Premièrement, les gouvernements doivent éliminer les lois et pratiques discriminantes envers les femmes et les filles. Ceci inclut l’égalité entre les conjoints dans le droit de demander et d’obtenir des actes de naissances.

Deuxièmement, les gouvernements doivent s’assurer que la déclaration de naissance est obligatoire, gratuite et accessible à chaque enfant, sans aucune espèce de discrimination.

Troisièmement, les familles et les communautés doivent être informées de l’importance de la déclaration des naissances. Les responsables des communautés et les média ont un rôle de sensibilisation important à jouer.

Enfin, il faut promouvoir des approches innovantes, comme l’utilisation des TIC, de SMS et de systèmes d’enregistrement en ligne.

En résumé, la déclaration de naissance doit être simple, rapide et disponible pour toutes et tous.

Comme vous l’avez souligné dans votre appel international, la déclaration des naissances est une condition nécessaire pour que chaque personne ait le droit de participer à la vie sociale, culturelle et politique de son pays. Pour les femmes et les filles, c’est un élément essentiel pour assurer leur pleine participation à la vie économique et publique.

Je vous souhaite des discussions fructueuses et attends leurs conclusions. Je vous remercie de votre appui et de votre engagement auprès d’ONU Femmes.


Retranscription originale en Anglais :

Bonjour Mesdames et Messieurs,

Je souhaite m’excuser de ne pas être parmi vous aujourd’hui mais j’ai été retenue par mes obligations à New York.

Je tiens à saluer le travail formidable de l’association « Regards de femmes » dans le domaine des droits de la femme et de l’égalité des sexes. J’ai eu le plaisir de rencontrer Michèle Vianès à plusieurs reprises et je connais donc son engagement personnel pour l’égalité des sexes, notre cause à ONU-Femmes.

On behalf of UN Women, I would like to give my strong support for your call to action on Asserting Women’s Right to Register their Child at Birth. There is no doubt that ensuring universal birth registration has important implications for achieving gender equality and women’s rights.

Millions of children every year are born without receiving a birth certificate. This denies them the most basic of all rights, an identity.

These children are officially invisible.  This limits their access to proper health care, education, and basic social benefits, including housing and social protection.

Often, it is the most disadvantaged and marginalized children that are affected, such as those from rural areas, indigenous communities, or children with disabilities. And girls are more affected than boys.

Lack of proper documentation is a major impediment to effectively countering early marriage, trafficking in girls and women and generally protecting children from exploitation and abuse as well as displacement and statelessness.

Formal birth registration is critical for gender equality and impacts both girls who are denied a formal identity and mothers whose children are not registered. The Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination against Women clearly states that women have equal rights with men with respect to the nationality of their children.

So why is this not happening? Laws and practices discriminating and excluding women are a continuing problem, such as those that forbid a mother to independently register her child.  Women face difficulties if the father is absent, if they are single mothers and if they do not have equal rights with regard to the nationality of their children.

UN Women is working to remedy this issue in a number of countries.   And in connection with the processes surrounding the new post-2015 development framework, UN Women is proposing a stand-alone goal on gender equality, women’s rights and women’s empowerment which includes a proposed indicator on birth registration coverage by sex.

So what needs to be done?  Let me mention some key elements.

First, governments need to eliminate discriminatory laws and practices against women and girls.  This includes ensuring equality of spouses in their right to apply and collect birth certificates.

Second, governments need to ensure that birth registration is compulsory, free and accessible to every child without discrimination of any kind.

Third, families and communities must be informed about the importance of birth registration.  Community leaders and the media play an important role in raising awareness.

Finally, innovative approaches must be promoted, such as the use of ICTs, SMS technology and online birth registration systems.

In short, birth registration must be simple, expeditious and available to all.

As you said in your call to action, birth registration is a necessary precondition for all individuals to be able to fully participate to the social, cultural, civil life of their country. For women and girls, this is an essential element to ensure their full participation in public and economic life.

I wish you productive deliberations and look forward to hearing about their outcome.  Thank you for your commitment and your support to UN Women.