Regards de femmes poursuit ses actions avec le Groupe des organisations de femmes pour l’égalité hommes-femmes (GOFEFH) de Côte d’Ivoire sur les thématiques de l’état civil et de la participation accrue des femmes dans les processus électoraux.

Remise de registres des naissances au Chef d’état
civil de la S/P de Man

Aujourd’hui, dans le contexte du renforcement de la participation des femmes aux processus électoraux concernant les élections locales et sénatoriales de 2023, de nombreuses femmes, ne disposant pas de documents d’état civil, ne pourront ni exercer leur droit de vote, ni être candidates aux élections.

L’ONEF (membre du GOFEHF) l’a constaté avant les élections présidentielles et générales lors de la réalisation d’une action dans le département d’Issia (Haut Sassandra). Sur 10 344 pétitionnaires pour la régularisation des actes à l’état civil, on note 6168 femmes soit 59.63% et 4176 hommes.

Aussi le GOFEHF a dans un premier temps interpelé le Gouvernement Ivoirien sur les modalités d’applications de la loi adoptée en 2018 pour faciliter la transcription d’acte de naissance.

Le ministère de la Justice a mis à disposition du GOFEHF des registres de requête pour l’obtention de jugements supplétifs.

Pour permettre la participation effective des femmes aux prochaines élections, le GOFEHF a ensuite initié un premier recensement de femmes dépourvues d’état civil, dans 5 régions du pays, Bèrè, Gontougo, Haut Sassandra, Poro et Tonkpi.

Avec l’aide financière d’ONU Femmes Côte d’Ivoire, ce premier recensement de près de 5 000 femmes a été réalisé dans les localités de Bondoukou, Daloa, Korhogo, Man et Mankono, en avril, mai et juin 2021.

Pour obtenir la délivrance des actes d’état civil indispensables à la participation aux élections, de nombreuses actions sont aujourd’hui nécessaires :

  • renseigner les requêtes ;
  •  transcrire les informations recueillies dans les registres de jugement supplétifs  ;
  • organiser les visites médicales et  faire établir par des médecins les certificats d’âge présumé ;
  • mettre en place les missions de suivi des requêtes (une par région) afin d’obtenir les jugements supplétifs.

Ces stratégies seront mises en œuvre en parfaite collaboration avec les autorités préfectorales, sous-préfectorales, municipales et judiciaires et permettront à l’opération d’être plus efficace, au regard de l’expériences que le GOFEFH a déjà conduit dans ces régions.

La sensibilisation des femmes pour leur inscription sur les listes électorales et sur l’importance de leur participation au processus électoral se fera tout le long de la campagne, lors des différentes rencontres.

Le président de la Commission électorale indépendante a également confirmé son intérêt pour cette action.

Rapport de la mission de redémarrage (PDF)